PME et culture d’entreprise

culturepme

Dans un article précédent, nous relevions que toute entreprise – petite ou grande – a une culture qui lui est propre. Loin d’être superflue, elle peut devenir un avantage concurrentiel pour les PME qui ont besoin de se distinguer sur le marché de l’emploi.

 

Bien connaître sa culture d’entreprise

 

Une culture d’entreprise comprend le style de gestion, l’histoire et la mémoire de l’entreprise, ses valeurs, ses habitudes, sa méthode de travail, etc. Elle joue un rôle important car elle forme une partie de l’identité de l’entreprise. Si la taille de l’entreprise – grande ou petite – a peu d’influence sur le type de culture d’entreprise, le secteur d’activités est plus déterminent. Selon Julie Daroven, on peut distinguer trois grandes catégories de culture d’entreprise :

1- La culture procédurale :

Cette culture définit les mandats, les procédures et les règles que les employés se doivent de respecter. Elle est édictée du haut vers le bas de la hiérarchie, donnant très peu de latitude aux employés pour l’influencer. L’employé doit donc s’adapter à cette culture d’entreprise. La culture procédurale est très présente dans les secteurs qui exigent un haut degré d’organisation, à l’exemple des firmes de comptabilité.

2- La culture compétitive :

Dans cette culture, les employés entretiennent des relations concurrentielles pour remplir les objectifs fixés par la direction. Cette culture est nourrie par les règles informelles fixées par les employés. Ici, l’employé pèse énormément sur la définition de la culture de l’entreprise, au risque qu’un changement de culture souhaitée par la hiérarchie crée des tensions et des résistances. La culture compétitive imprègne le secteur de la vente de produits ou de services.

3- La culture collaborative :

Cette culture décentralise beaucoup le travail, appelant les différentes unités à collaborer entre elles et les employés à prendre part au processus décisionnel. Elle repose sur les pratiques des employés, bien qu’elle soit animée par l’équipe de direction. Cette approche est efficace pour créer l’adhésion des employés. Néanmoins, elle exige beaucoup d’implication de la part de la direction. La culture collaborative est développée dans les entreprises créatives, que ce soit dans les secteurs de l’artisanat, de la culture, de l’enseignement, des hautes technologies, etc.

 

Pourquoi miser sur la culture d’entreprise ?

 

La culture n’est pas seulement un ensemble de caractéristiques qui définit l’entreprise, elle peut être une ressource stratégique. Une culture maîtrisée améliore la performance générale de l’entreprise car, selon les conseils avisés du Canada Buisness Network, elle permet de :

  • se distinguer de la concurrence pour attirer les candidats potentiels ;
  • donner une direction aux employés et les motiver ;
  • réduire le désengagement afin de retenir les meilleurs employés.

Mais une culture d’entreprise qui ne serait pas optimale peut être, aussi, un frein à tout cela. Il faut donc avoir une culture en adéquation avec son secteur d’activités et à la réalité de son entreprise. Il ne suffit pas de reprendre les recettes gagnantes ailleurs, mais d’avoir une culture d’entreprise optimisée pour sa PME

 

Optimiser la culture de sa PME

 

L’avantage d’une PME sur la grande entreprise est, justement, sa taille. Lorsqu’une compagnie compte des milliers d’employés, de clients et de fournisseurs, il est plus difficile pour sa direction d’être connectée aux préoccupations quotidiennes. En revanche, la PME a cette proximité avec ses clients et ses employés. Celle-ci constitue une véritable force. C’est pourquoi, il est recommandé aux PME de :

  • faire rayonner la culture d’entreprise en communicant à l’interne comme à l’externe ;
  • traiter les employés de manière équitable afin de maintenir une bonne ambiance de travail ;
  • développer la culture d’entreprise en-dehors des heures de bureau pour développer la proximité ;
  • insister sur les valeurs partagées dans le recrutement de nouveaux employés.

Être une PME, c’est donc avoir un avantage pour forger une culture concurrentielle sur le marché de l’emploi. C’est d’ailleurs pour cette raison que de nombreux spécialistes et influenceurs (à l’exemple de Stuart MacDonald pour le magazine Entrepreneur.com) recommandent aux grandes entreprises de « garder la perspective d’un dirigeant d’une petite entreprise ».

ComparJobs mesure la compatibilité des candidats avec votre entreprise pour savoir s’ils s’intégreront à votre culture. Ainsi, notre outil vous permet de la mettre de l’avant afin d’accroître vos chances d’attirer des candidats plus motivés, plus engagés et qui resteront en poste.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter.