4 conseils pour mieux concilier travail et vie personnelle

worklife

Dans un article précédent, nous mettions l’accent sur la part de l’employeur dans la conciliation vie professionnelle et vie personnelle. Cette fois-ci, nous vous donnons quelques conseils pour mieux concilier votre vie de tous les jours et vos exigences professionnelles.

 

1- Abandonnez le perfectionnisme

 

La psychologue Louise Careau convient que le perfectionnisme peut être une attitude davantage nuisible que bénéfique : «lorsque les perfectionnistes prennent conscience que leurs résultats ne leur permettront pas d’accéder à leur rêve d’exceller de façon exceptionnelle, ils réagissent par un sentiment de frustration, de colère, de dépression ou de panique». Il vous faut abandonner cette attitude, sans quoi votre travail risque de déborder sur votre vie personnelle et vice-versa. Pour ce faire, la psychologue vous conseille :

  • de prendre conscience des aspects néfastes de votre perfectionnisme ;
  • de remettre en question votre système de valeur;
  • de modifier votre mode de pensée;
  • de vous fixer des objectifs réalistes;
  • de valoriser l’effort plutôt que le résultat;
  • d’apprendre de vos erreurs;
  • de porter attention à votre plaisir.

Comme l’écrit Alex Hedger, ne pas être perfectionniste ne signifie en aucun cas que vous devez cesser d’être consciencieux ou renoncer à vos objectifs de carrière. Bien au contraire…

 

2- Gagnez du temps

 

Malheureusement, il existe certaines réalités auxquelles il est difficile de couper cours : une journée dure 24 heures et une personne adulte a besoin de 8 heures de sommeil environ pour se sentir reposée. S’il s’avère que le travail a une véritable incidence sur la durée et la qualité du sommeil selon une étude de Statistique Canada, votre journée – une fois conscient(e) et éveillé(e) – est d’environ 16 heures. Parmi ces 16 heures, il vous faut enlever 7 heures en moyenne consacrées à votre travail (d’après l’Institut de statistiques du Québec) et une bonne heure de transport – si vous vivez à Montréal ou dans son agglomération – pour vous y rendre. Il ne reste que 8 heures pour vous. Enfin, «pour vous»… Sachant que les tâches ménagères et parentales vous occupent environ 3 heures par jour (avec souvent une forte disparité entre homme et femme), vous n’avez plus que 5 heures pour profiter de votre journée. Là encore, il faut ponctionner le temps de se nourrir, de se laver, de se vêtir, de se reposer, de se divertir, etc. Ainsi, pour gagner du temps pour ce qui compte réellement, rien de plus simple : n’en perdez pas avec ce qui est accessoire. Maintenant, il revient à vous de définir l’ordre de vos priorités…

 

3- Misez sur la flexibilité

 

La flexibilité au travail est dans l’air du temps. Elle est devenue courante dans plusieurs entreprises qui n’hésitent pas à la mettre de l’avant pour attirer et retenir les meilleurs employés. De même, elle a incité le gouvernement à modifier la Loi sur les normes du travail. Également, certains spécialistes en ressources humaines et plusieurs médias se sont spécialisés sur cette question (à l’exemple du site Flexibility.co.uk, en anglais). Dès lors, il n’est pas étonnant que la rédaction de TVA se soit demandée : «Horaire de travail : la flexibilité deviendra-t-elle la norme ?». Mais qu’appelle-t-on la flexibilité ? Selon le Conseil canadien des ressources humaines pour le secteur communautaire, il faut différencier deux formes de flexibilité qui concernent directement la conciliation vie professionnelle – vie personnelle :

  • La flexibilité des heures de travail

L’employé et l’employeur peuvent trouver plusieurs arrangements afin de concilier vie professionnelle et vie personnelle, notamment avec des horaires privilégiés (par exemple, débuter sa journée plus tôt ou partir plus tard), en compressant les journées de travail (par exemple, avoir une semaine de 4 jours avec 10 heures par jour), en accordant des journées de congé sans solde ou en instaurant du temps partiel pour les profils qui l’exigent (par exemple, le retour progressif au travail après un congé maternité ou paternité).

  • La flexibilité du lieu de travail

Pour résumer notre article sur les distances de travail, la flexibilité du lieu de travail permet aux employés de réaliser leurs mandats depuis la maison, dans des espaces de co-working ou encore – selon la taille de l’entreprise – dans des succursales plus proches du domicile. Cette flexibilité comporte l’avantage de réduire les distances de travail et donc d’épargner un nombre important de minutes, voire d’heures, passées dans les transports.

Une étude très documentée de Jacqueline Desrosiers –  économiste principale à la Commission des normes du travail – observe qu’il y a encore beaucoup à faire au Québec pour que les employés et les employeurs puissent se retrouver sur des arrangements qui ne lèsent ni les uns ni les autres. Toutefois, il existe de nombreux exemples inspirants où la flexibilité arrange les deux parties.

 

4- Négociez avec votre patron

 

Peut-être appartenez vous à ces employé(e)s conciencieux(ses) qui gèrent parfaitement leur temps et leurs priorités. Si votre objectif est d’atteindre une certaine flexibilité dans votre travail pour mener de front votre vie personnelle, il faut avant tout savoir négocier avec son patron pour obtenir ce type d’arrangements. Voici quelques conseils à cette fin :

  • Préparez votre négociation

Toute négociation suppose un argumentaire reposant à la fois sur votre situation actuelle, la situation de l’entreprise et l’impact que d’éventuels arrangements pourraient avoir sur votre travail. Comme le recommande Susan M. Heathfield, concevez un plan des arrangements que vous souhaitez obtenir. Prévoyez dans celui-ci quelles seront les préoccupations de l’employeur, ainsi que des suggestions pour créer des solutions gagnantes-gagnantes. Soyez clair dans vos demandes, mais également suffisamment souple pour que votre patron puisse y trouver son compte. Surtout, pas d’ultimatum … La négociation repose sur une base d’écoute, d’empathie et sur le compromis.

  • Choisissez votre moment

Les trois meilleurs moments sont probablement lors de l’embauche, lors de l’évaluation annuelle et si l’entreprise décide d’un changement d’orientations. Concernant l’embauche, si vous utilisez ComparJobs, vous devez savoir que vous pouvez sélectionner dans le questionnaire des réponses afin de mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle. En optant pour la flexibilité horaire, la possibilité de télétravail, le nombre de semaines de vacances et d’autres avantages, vous faites en quelque sorte une pré-négociation. Après l’embauche, ce sera la qualité de votre travail qui sera votre principal levier de négociation.