9 raisons de quitter votre emploi

exit

Vous êtes présentement en poste et vous vous interrogez si le moment est venu de quitter votre emploi. Vous appartenez donc aux 31% d’employés Canadiens ouverts à cette possibilité (selon Randstad). Si vous partagez l’une des 9 raisons énoncées ci-dessous, il est peut-être temps d’utiliser ComparJobs pour trouver votre prochain emploi.

 

1- Votre rémunération stagne ou elle est inférieure à la moyenne

 

Si à chaque année, durant l’évaluation, le gestionnaire d’équipe vous propose – après d’intenses négociations – une augmentation colossale de 0,01%, vous pouvez en conclure que votre travail est mal considéré par votre employeur. Ne vous fiez pas trop au salaire moyen à 45 673 $ par an pour vous estimer mal payé, mais plutôt au salaire qui correspond à votre expérience, à votre formation et à votre secteur d’activités. De même, si vos conditions laissent à désirer (par exemple, vous n’avez peu ou pas d’avantages sociaux, presque pas de vacances, etc.) et que votre salaire est moindre que celui de vos homologues, songez à rejoindre la concurrence.

 

2- Vous ne pouvez plus progresser dans votre poste

 

Avec les années vous avez accumulé des compétences, de l’expérience, vous avez plusieurs réalisations à votre actif et vous êtes toujours autant motivé… Malgré tout, votre poste est resté le même depuis longtemps. Il est donc peut-être temps de penser à un nouveau défi.  Il existe des initiatives que vous pouvez prendre – ou suggérer – pour renouveler votre enthousiasme à l’égard de vos mandats. Par exemple, d’après un article d’Olivier Schmouker, vous gagnerez à créer une complicité de travail avec un(e) collègue afin de progresser dans votre travail. Mais si vos initiatives n’obtiennent pas l’aval de votre patron, ne lui en voulez pas : bien souvent, c’est l’entreprise qui ne permet plus de progresser. Si l’herbe n’est pas nécessairement plus verte ailleurs, quitter votre emploi vous donnera au moins la chance de faire évoluer votre carrière.

 

3- L’ambiance de travail est toxique

 

Mauvaise ambiance de travail ? Relations orageuses avec vos supérieurs ? Des décisions que vous désapprouvez ? Tout cela augmente votre stress. Une certaine dose de stress fait parti du travail, mais trop de stress provoque des troubles éventuellement dangereux pour votre santé. Les employeurs prennent de plus en plus conscience de ces situations. Certains cherchent à se définir comme « employeur de choix », permettant d’accommoder les besoins des employés. De votre côté, essayez également de dénouer la mauvaise ambiance ou proposer de travailler depuis chez vous. Toutefois, si vous avez épuisé les solutions et si le dialogue est rompu, il serait peut-être temps de partir.

 

4- Vous intéressez des recruteurs

 

Peut-être que votre emploi est en pénurie, que votre profil a une forte valeur ajoutée ou que vos réalisations parlent pour vous. Dans tous les cas, vous attirez l’attention des recruteurs. Selon une étude LinkedIn de 2015, 89% des personnes contactées par un recruteur accepteront l’offre qui leur sera faite. Parmi, elles 49% le feront pour des raisons salariales et 33% pour faire progresser leur carrière. Faites donc le «pour» et le «contre» en fonction de vos attentes et de ce que l’employeur potentiel peut vous offrir. Si le «contre» l’emporte, concluez toutefois l’appel positivement. «Vous intégrerez le réseau de contacts du recruteur, ce qui se révélera fort utile en temps et lieu» conseille  Marie Lambert-Chan. Que vous acceptez ou non l’offre qui vous est faite, évitez de faire trop monter les enchères afin de ne pas perdre la confiance placée en vous.

 

5- Votre poste est en danger

 

C’est dommage, mais parfois ça arrive. Car il vaut mieux partir avant d’être congédié, détecter les signes que votre poste est sur la sellette peut être salvateur :

  • vos relations avec votre patron se détériorent ;
  • vos mandats et/ou responsabilités vous sont progressivement enlevé(e)s ;
  • vous êtes mis à l’écart ;
  • vos ressources ont été coupées.

De même, anticipez les difficultés financières de l’entreprise pour laquelle vous travaillez. Là aussi, plusieurs signes sont perceptibles dont une absence de trésorerie, un chiffre d’affaires en berne, un manque de rentabilité, mais également par une prise de risques inconsidérée. Bref, si vous sentez que votre poste est en danger, sonder le marché peut vous éviter d’être congédié.

 

6- Vous conciliez difficilement votre vie professionnelle et votre vie personnelle

 

Peut-être, êtes-vous «workaholic» ? C’est-à-dire, « une personne s’investissant d’une manière excessive dans son travail » selon une définition courante du phénomène. Cette « dépendance » au travail qui fait passer la vie personnelle au second plan présente des risques pour la santé. S’il y a un équilibre à trouver entre votre vie professionnelle et votre vie personnelle, parfois les situations le brisent. Cet article du Figaro donne plusieurs exemples de situations qui poussent au  workaholisme :

  • un métier particulièrement prenant et qui empiète sur la vie personnelle,
  • un gestionnaire qui surcharge les membres de son équipe,
  • le besoin de plus d’argent ou de plus de reconnaissance de l’employé.

Il vous faudra prendre du recul pour ne pas devenir un zombie, mais aussi changer d’emploi peut être une option afin de retrouver un équilibre de vie.

 

7- Vous vous ennuyez

 

Vous êtes peut-être coincé dans un « boring job » (ou emploi ennuyant). Selon Erika Andersen du magazine Forbes, vous avez deux choix afin que votre ennui cesse de vous peser :

  • Vous gérez votre ennui et vous acceptez qu’il fasse partie de votre réalité ;
  • Vous décidez de relever des défis plus stimulant, et donc vous partez.

Si vous n’avez pas d’autres choix que d’opter pour la première solution parce que vous êtes richement payé pour vous ennuyer, les 8 autres raisons vous convaincront peut-être d’abandonner votre placard doré.

 

8- Vous voulez changer de carrière

 

Vous avez toujours rêvé de faire autre chose de votre vie ? Pourquoi pas, mais changer de carrière est une étape décisive dans votre parcours professionnel. Dans un blogue précédent, nous évoquions déjà les tenants et les aboutissants d’un changement de carrière. Pour rappel, surtout ne vous précipitez pas : étudiez bien toutes les options et consultez vos proches. Lorsque votre décision est prise, c’est là une bonne raison pour quitter votre emploi.

 

9- Vous ne partagez pas les nouvelles orientations de l’entreprise

 

Un changement de modèle de gestion que vous désapprouvez, la culture de l’entreprise qui vient à changer ou de nouvelles orientations stratégiques qui ont des conséquences sur votre travail, ces exemples parmi d’autres sont autant de raisons qui peuvent vous inciter à reconsidérer votre avenir professionnel. Comme l’analyse Fabienne Breton – sociologue du travail – il existe deux avenues face aux transitions vécues dans l’entreprise :

  • subir la rupture et poursuivre sa voix,
  • partir, en se réorientant, en se reconvertissant ou en trouvant sa voix ailleurs.

 

Conclusion

 

Si vous partagez une ou plusieurs de ces raisons, il est peut-être temps de changer d’emploi. Pour paraphraser Martine Letarte, démissionner c’est difficile, mais ça s’apprend.  Avant de faire le grand saut, prenez un moment pour créer votre profil sur ComparJobs. Notre outil vous permettra de fixer vos attentes selon 9 critères de satisfaction qui vous éviteront autant de frustrations et d’évaluer les opportunités d’emploi en fonction de vos exigences. Alors, inscrivez-vous !